Boire & Manger

Le thé à la menthe marocain : tradition méditerranéenne

6 janvier 2022

Découvrons ensemble la véritable histoire du thé à la menthe marocain. Grâce à son goût unique et ses vertus désaltérantes, nul besoin d’être un amateur de thé pour être totalement séduit !

Dans l’Antiquité, le thé à la menthe était déjà utilisé sur tout le pourtour méditerranéen, et fortement consommé en traitement de prévention contre le choléra (1835-1865).

Apparu au XIXème siècle au Maroc pendant la Guerre de Crimée, le thé fut introduit par les Anglais par les ports de Tanger et de Mogador pour écouler leur marchandise. Les populations locales avaient pour habitude des infusions de feuilles de menthe ou d’absinthe, combinées au thé vert nouvellement implanté, la boisson gardait sa couleur et son goût mais perdait en amertume. Rapidement diffusée et appréciée par les peuples nomades dans tout le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest pour son fort pouvoir désaltérant leur permettant de survivre aux conditions climatiques les plus extrêmes, cette infusion devient surtout un nouvel art de vivre, synonyme d’hospitalité et de convivialité. Selon un proverbe touareg : « il faut trois conditions pour faire le thé : le temps, les braises et les amis ».

Les rituels du thé à la menthe

Servir le thé au Maroc se fait à tout moment de la journée tout en respectant un rituel traditionnel bien précis. Ce sont les hommes qui préparent l’infusion, le chef de famille, son fils ou encore l’invité, en déposant une bonne pincée de thé vert dans une théière et le rinçant à l’eau bouillante pour le débarrasser de son amertume. Puis sont jetés par-dessus quelques feuilles de menthe fraiche et un pain de sucre finalement recouverts d’eau bouillante. Le thé est alors versé de très haut, pour permettre son oxygénation et le développement des arômes, dans 3 petits verres. Si une mousse, appelée le turban, apparait à la surface du thé, on peut affirmer que la décoction est réussie. Dans chaque verre évolue alors une boisson différente, décrite par un proverbe touareg comme : « Le premier verre est aussi doux que la vie. Le deuxième verre est aussi fort que l’amour. Le troisième est aussi amer que la mort. »

Les secrets du thé à la menthe

Concentrée sur quatre caractéristiques, l’apparence, l’arôme, la saveur et la sensation en bouche, la dégustation du thé à la menthe est avant tout un plaisir personnel.

 

L’apparence, reflétant la forme des feuilles, vous pourrez distinguer un bon thé à la menthe en observant ses feuilles, avec la présence de taches bronze sur le thé ou encore si les feuilles de thé et de menthe craquent sous vos doigts.

L’arôme, pouvant être perçu par inhalation, peut apporter de la détente.

Chaque saveur est perçue plus intensément par une zone particulière de la langue. Le bout de la langue permet de percevoir les notes sucrées contrairement à l’amertume, perçue sur le fond de la langue. Les côtés avant de la langue permettent la perception du salé et les côtés arrière celle de l’acidité. L’unami, saveur qui définit le caractère savoureux d’une boisson n’a pas de zone spécifique.

Les sensations en bouche du thé à la menthe peuvent être très différentes, certains thés peuvent être lisses tandis que d’autres seront croustillants.

 

Vous pourrez reconnaître la qualité du thé selon la taille de sa finale, plus la finale est longue plus le thé sera meilleur.

Informations pratiques

Pour une expérience unique et riche en émotions, rendez-vous :

Chez La Bèrbère à Perpignan ;

Chez L’Apart Thé, à Carcassonne ;

Chez Les Douceurs d’Hanna à Montpellier ;

Chez Dammann Frères à Nîmes ;

Chez Teavora à Marseille ;

Chez Menthe & Chocolat à Toulon ;

Chez La Menthe Douce à Mougins.

Suivez nous sur les réseaux sociaux

X
X