Seul(e) au monde sur le site naturel de l’Espiguette

23 novembre 2020

Ses paysages exceptionnels, son cordon littoral et dunaire unique et fragile, sa faune et sa flore typiques font de l’Espiguette, dans le Gard, un lieu d’une grande valeur écologique. Le site, géré par la commune du Grau-du-Roi et le Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon, a connu et connaît encore de nombreux aménagements pour préserver cette richesse environnementale.

Du tumulte de la vie montpelliéraine, passez à la tranquillité sur le site de l’Espiguette en seulement 30 min. Entre Port Camargue au nord et la limite régionale du Languedoc à l’est, 10 km de dunes et de plages sur près de 700 m de large s’offriront à vous dans une immensité sauvage de sable fin. Comme une impression de désert saharien avec ces hautes dunes de sable blanc dressées sans aucune construction humaine alentours ! Seul un phare trône dans le néant. On pourrait le croire perdu, pourtant, classé au titre des monuments historiques, il est toujours en activité. En effet, il est d’une grande aide pour la navigation.

Un patrimoine protégé, tout comme les 600 hectares du site naturel, depuis 1994 par le Conservatoire du littoral. Depuis janvier 2014, le lieu est labellisé Grand site de France jusqu’aux remparts d’Aigues-Mortes. La plage de l’Espiguette est aussi incluse dans les sites Natura 2000 « Petite Camargue gardoise » et « Petite Camargue laguno-marine », car elle jouxte le territoire du parc naturel régional de Camargue.

L’empreinte immuable de la nature

Oui la nature est bien présente, voire omniprésente. L’Espiguette profite d’un ensablement spectaculaire avec des dunes faisant plus de 10 m de haut grâce à l’action combinée du vent et des courants marins. C’est l’un des massifs dunaires les plus remarquables du littoral méditerranéen avec des dunes paraboliques et boisées. Derrière ce cordon, on trouve les salins d’Aigues-Mortes d’une part, de l’autre les terres reculées, abritées par ce même cordon. Du côté des Saintes-Maries-de-la-Mer, on s’émerveille plutôt de la dizaine de petites plages sauvages, protégées par des épis de pierres. Ces derniers empêchent l’avancée des eaux. Et même si c’est la nature qui a créé la pointe de l’Espiguette au XVIIIe s, avec la dégradation des deltas et des bras secondaires du Rhône, elle menace désormais le littoral au même titre que l’afflux touristique.

plage Espiguette site naturel

La nature a fait son nid sur le site de l’Espiguette.

plage Espiguette site naturel

Alors l’homme est venu mettre son grain de sable : ganivelles (clôtures en bois), passerelles en bois, signalétique… Tout est fait pour sensibiliser les visiteurs. La reconstruction et le renforcement de deux cordons dunaires tendent également à protéger la plaine en maîtrisant le sable voyageur. Les aménagements réalisés ont vocation à rendre la cohabitation entre le site et les habitants plus agréable. Un site qui abrite dix habitats naturels d’intérêt communautaire dont six prioritaires identifiés par l’Union Européenne. Dont les lagunes côtières et les steppes salées méditerranéennes. Ces habitats offrent d’excellentes conditions pour développer une faune riche.

Une découverte de tous les instants

Si le lieu est dépourvu de routes, d’habitations et de commerces, il est pourtant rempli de vie. Beaucoup d’amphibiens comme la grenouille de Graf ou d’oiseaux tels que le Pipit rousseline ont investi la plaine de l’Espiguette. D’autres la fréquentent plus ponctuellement. C’est le cas de deux espèces d’intérêt communautaire, le grand dauphin et la tortue caouanne. Dans cette aire marine protégée, un diagnostic écologique a révélé le bon état des habitats de 179 espèces benthiques (organismes fixés au fond des eaux) inventoriées comme la telline, la noisette de mer ou le poulpe. Toutes trois sont des espèces d’intérêt commercial. Un autre animal emblématique peut pointer le bout de son nez le long des enrochements de la digue de Port Camargue. Il s’agit de l’hippocampe à museau court. 

Par ailleurs, on relève aussi un haut niveau de qualité dans les eaux de baignade : elles sont labellisées Pavillon Bleu depuis plus de 20 ans. Elles sont d’autant plus appréciées des familles qu’on y a pied assez loin. Les plages, elles, sont tellement immenses qu’elles permettent aux petits comme aux plus grands de jouer et se détendre sans être serrés. Attention cependant, une partie de la plage est réservée aux naturistes, lisez attentivement les panneaux placés aux entrées. Vous pourrez, ainsi, profiter de ce paysage en toute saison. Si vous aimez la nature et l’authenticité, alors vous serez comblé(e) de pouvoir promener sur ce terrain idéal, dénué de touristes. Vous aurez l’agréable sensation d’être seul(e) au monde dans la nature. Enfin, faîtes un tour par le joli phare construit en 1869, vous ne serez pas déçu(e) !

plage Espiguette site naturel

S’y rendre

L’accès à la plage se fait par le parking « les Baronnets », payant d’avril à septembre. 6 € pour les voitures, 15 € pour les Camping-cars. Cela sert à financer une partie des travaux de préservation et d’entretien.

Il y a également le parking de l’Espiguette qui, lui, est gratuit, il se trouve à gauche du camping éponyme. Vous pouvez également vous y rendre à vélo par le Grau-du-Roi ou par Port Camargue pour atteindre le parking. Dans tous les cas, il vous faudra marcher une centaine de mètres pour trouver une plage. Par ailleurs, le site se trouvant près d’étangs, vous pourrez croiser des moustiques, pensez à prendre un spray au cas où.

Ces articles pourraient vous intéresser : 

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Les 13 desserts de Noël en cène

Les 13 desserts de Noël en cène

Les 13 desserts sont une tradition chrétienne remontant au dernier repas de Jésus et ses 12 apôtres. Aujourd’hui, cet assemblage de mets rassemble toujours une base commune mais s’agrémente désormais d’autres produits provençaux.

lire plus
X
X