Culture & Patrimoine

Visitez les arènes romaines à l’amphithéâtre d’Arles

16 novembre 2022

Temps de lecture : 3 min

Deux mille ans après, l’amphithéâtre romain d’Arles dans les Bouches-du-Rhône (13) impressionne toujours. Aujourd’hui encore, l’édifice s’impose dans la ville et vous ouvre ses portes dans l’ère de l’Empire romain et toutes les époques qu’il a traversées. Entre histoires et reconstitutions, apprenez-en plus sur l’emblème arlésien dans cet article !

Deux millénaires d’histoire

Érigé par l’empereur Tibère vers 80–90 après J.-C., l’amphithéâtre d’Arles est le monument le plus important construit par les colonies romaines que l’on peut admirer de nos jours en France. Pour pouvoir organiser des jeux spectaculaires, son unique vocation, Tibère conçoit une architecture capable d’accueillir un grand public.

Grâce à des étages reliés par escaliers, galeries et portes, les gradins pouvaient gérer les flux et contenir 20 000 spectateurs. Mais au Moyen Âge, l’on trouve au monument un tout autre intérêt car la ville devient fortifiée. À cette époque, on compte 212 maisons, des rues, des places ainsi que des églises au sein de l’amphithéâtre, qui devient alors une vraie petite ville ! Pour combattre les sièges dirigés par les barbares, l’amphithéâtre est utilisé comme rempart et quatre tours sont édifiées aux entrées, pour protéger la population retranchée à l’intérieur. Après guerres, l’édifice est entièrement dégagé de ses habitations dès le XIXe siècle.

Deux millénaires plus tard, le monument elliptique romain est toujours debout avec un grand axe de 136 mètres de longueur et 107 mètres de largeur. Légèrement plus grand que son acolyte nîmois, l’amphithéâtre arlésien est le vingtième plus grand parmi ceux du monde romain sur le globe. D’un point de vue architectural, on constate que l’édifice mesure jusqu’à 21 mètres de haut et compte 120 arches. Le monument recense 34 gradins que l’on nommait la cavea, réservée aux spectateurs. Quant à elle, la partie centrale était dédiée aux jeux et combats de l’époque, avec un plancher en bois élevé d’environ deux mètres de plus qu’à ce jour.

 

DELTA article culture patrimoine amphitheatre arles exterieur

Admirez la grandeur de ces arches !

DELTA article culture patrimoine amphitheatre arles vue aerienne

Une vue aérienne de l’emblème arlésien. Crédit photo : Office de Tourisme Arles Camargue.

L’emblème arlésien depuis toujours   

À l’époque de l’Empire romain, l’amphithéâtre était le rendez-vous incontournable des gladiateurs ! On y affrontait ses adversaires et célébrait sa victoire, acclamé par le peuple. Plus tard, l’empereur Gallus fête ses victoires remportées entre les murs des arènes, puis Constantin y organise des chasses et combats à l’occasion de la naissance de son premier fils. En 539, Childebert, roi de Paris impose les jeux antiques en sa présence.

À la fin du VIe siècle, l’édifice prend une fonction résidentielle pour les arlésiens, et devient synonyme de fortification pendant les guerres. Ce n’est qu’en 1830 que l’amphithéâtre renoue avec son côté festif. Après quelques travaux, le site est suffisamment restauré pour que les spectacles reprennent place, notamment pour assister à de la tauromachie. Comme lors de la prise d’Alger, un spectacle taurin est donné et l’amphithéâtre prend l’appellation d’« arènes ». Dix années plus tard, l’archéologue et historien Prosper Mérimée permet à l’édifice d’être classé aux Monuments historiques, puis inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO un an plus tard.

Des traditions conservées

À ce jour, l’amphithéâtre d’Arles a retrouvé sa fonction d’origine. Le monument est majoritairement utilisé pour les spectacles taurins. Si vous souhaitez vous immerger dans la culture régionale, c’est l’occasion de visiter la ville et ses arènes lors des férias, corridas et courses camarguaises. Pour les aficionados, la cocarde d’or se déroule chaque année dans l’emblème arlésien ! Cette représentation est la course camarguaise la plus prestigieuse de France et réunit les plus grands raseteurs du Trophée des As. Retrouvez toute la programmation ici.

Si vous êtes dans les environs lors de la période estivale, vous pourrez revenir dans le passé, au temps des Romains et vivre les combats de gladiateurs traditionnels donnés à l’époque. Et pour profiter d’un moment dans une atmosphère moderne entre les murs chargés d’histoires, découvrez le monument à l’occasion de concerts et spectacles programmés tout au long de l’année…

DELTA article culture patrimoine amphitheatre arles razeteurs

Les razeteurs et le taureau dans l’arène. Crédit photo : Office de Tourisme Arles Camargue.

Informations pratiques

Office de Tourisme Arles Camargue

Ville d’Arles

Horaires et jours d’ouverture :

Mars, avril et octobre : de 9 h 00 à 18 h 00

De mai à septembre : de 9 h 00 à 19 h 00

De novembre à février : de 10 h 00 à 17 h 00

Les arènes sont fermées les 1er janvier, 1er novembre et 25 décembre.

Lithothérapie, ressourcez-vous grâce au pouvoir des pierres

Lithothérapie, ressourcez-vous grâce au pouvoir des pierres

Présentes dans le quotidien des hommes depuis l’antiquité, les pierres ont su convaincre l’Histoire avec la reconnaissance, en 1970, de la pratique de la lithothérapie : le soin par les pierres.
Son principe repose sur l’énergie des corps qui vont porter un signal vibratoire ayant une incidence sur l’organisme récepteur : harmonisation, purification ou stimulation des énergies du receveur.
Les pierres et cristaux, véritables éponges minérales, ont besoin d’être déchargées et rechargées pour que leurs bienfaits durent et ne s’atténuent pas. Dans cet article, Marie-France Tudela et Véronique Carlier, radiesthésistes à Anduze et Uzès, donnent des conseils originaux et pratiques pour prendre soin de vos pierres !

lire plus
X
X